Vous êtes ici : Patrimoine Minier > Hors de France > Belgique: bassin houiller de Charleroi

Belgique: bassin houiller de Charleroi, «le Pays Noir»


Premier bassin wallon par l'importance des tonnages extraits, le bassin de Charleroi qui courait d'Anderlues à l'ouest jusqu'à Farciennes à l'est, formait avec celui de la Basse-Sambre qui le prolongeait vers l'est jusqu'à Namur, une seule entité charbonnière. Long d'est en ouest de 45 km, large d'une bonne dizaine, le bassin houiller de Charleroi Basse Sambre constituait un des maillons centraux du vaste gisement houiller qui, de la frontière allemande et en suivant le sillon Sambre et Meuse s'étire quasi sans discontinuité jusqu'à la Manche en passant par le Centre, le Borinage et les départements du Nord et du Pas-de-calais en France.
Des documents font mention d'exploitation du charbon dès le 13ème siècle à Gilly et à Charnoy (Charleroi). La présence de nombreux affleurements au nord du bassin est à l'origine des exploitations précoces et explique le morcellement des concessions, caractéristique des bassins wallons. C'est dans le bassin de Charleroi, au siège Sainte-Catherine des Charbonnages du Roton à Farciennes, que furent remontées les dernières berlines de charbon, le 29 septembre 1984.

Sources des différents textes : «Il était une fois, le Pays Noir» de Gérard Detillieu et «Le bassin minier de Charleroi et de la Basse-Sambre» par Roger Berwart

Charbonnage du Bois du Cazier - Marcinelle

L'origine du nom Bois du Cazier provient de l'union conjugale de la propriétaire du Bon Bois de Marcinelle, avec le Baron de Cazier, au 18ième siècle. Dès 1822, une mine y était exploitée, mais ce n'est qu'en 1874 que le charbonnage prendra le nom de Bois du Cazier. Après rachat par les Charbonnages d'Amercoeur en 1899, le Cazier devint un des charbonnages les plus productifs et les plus modernes du Pays de Charleroi. Le charbonnage connu deux graves accidents : en 1930, 16 mineurs y trouvèrent la mort suite à un coup de grisou; en 1956, ce sont 262 mineurs qui ne remontèrent jamais suite à la plus grave catastrophe survenue en Belgique. En 1954, un nouveau puits fut foncé (puits Foraky) mais après la catastrophe de 1956, ce puits fut condamné avant même avoir fonctionné. Le charbonnage ferma ses portes le 15 janvier 1961. En 1963, on remit en fonction partiellement l'exploitation du Bois du Cazier pour fermer définitivement le 9 décembre 1967.

La catastrophe du 8 août 1956
Suite à une erreur de manipulation, un incendie éclate au fond du puits et se propage dans la mine. La cage se présente à l'étage 975 et s'y arrête, alors qu'elle n'était pas destinée à cet étage. Le préposé, pensant que cette cage était pour lui y encage une berline remplie de charbon, aux alentours de 8 heures 10. Normalement, un wagonnet rempli en chasse un vide dans la cage du puits. Suite à une défaillance, le wagonnet rempli entre partiellement dans la cage, et le vide n'est pas entièrement chassé. Avant d'avoir pu évacuer l'une des deux berlines, la cage remonte soudainement vers la surface. L'un des deux wagonnets se heurte violemment contre une poutre, celle-ci arrachant deux câbles électriques à haute tension, les câbles téléphoniques, une conduite d'huile sous pression, et les tuyaux d'air comprimé. L'arc électrique formé par les câbles à haute tension est en contact avec la conduite d'huile sectionnée, provoquant un incendie, attisé par l'air comprimé qui s'évacue suite aux dégâts occasionnés aux tuyauteries par les berlines. Le feu attaque les boiseries de la mine, et rapidement, l'incendie se propage dans les galeries. Une épaisse fumée noir s'évacue par le second puits. L'air dans la mine devient de moins en moins respirable, et le monoxyde de carbone envahit la mine. Les deux puits ne peuvent plus être utilisés par les secours, l'un bloqué par la cage, l'autre par la fumée de l'incendie. 274 mineurs sont à ce moment dans la mine, répartis entre les étages allant de -170 à -1035. 262 mineurs de 12 nationalités différentes eux furent retrouvés morts.
Aujourd'hui le site abrite un musée ; les deux chevalements métalliques ont été restaurés, la plupart des bâtiments du carreau ont été conservés, à l'exception malheureusement de la tour d'extraction du puits Foraky.


Charbonnages du Gouffre, siège n10 - Châtelineau

Des documents montrent des traces d'exploitation de la houille à Châtelineau vers 1611. En 1778, paraît l'acte constitutif d'une société pour l'exploitation de la veine «le Gouffre». Par la suite, en 1835, se fondait la Société Anonyme des Hauts-Fourneaux, Usines et Charbonnages de Châtelineau, qui fusionna en 1866 avec la Société Anonyme des Hauts-Fourneaux, Usines et Charbonnages de Marcinelle et Couillet. La société des charbonnages du Gouffre devint autonome le 18 février 1882. Elle possédait 10 sièges d'extraction mis en service entre 1827 pour le n1 et 1916 pour le n10. En 1929, la production s'élevait à 333 000 tonnes pour un personnel de 1458 ouvriers ; puis elle fut de 480 000 tonnes pour 1723 ouvriers en 1956. Son dernier puits en activité fut le n7 qui ferma le 15 mai 1969.
Le siège n10 fut le dernier mis en service en 1916, mais les rendements ne furent jamais très bons. En 1963, ce siège n'enregistra qu'une production de 83 000 tonnes. Il ferma ses portes le 31 mars 1969, peu de temps avant le n7. Aujourd'hui, la plupart des bâtiments datant de 1934, amputés des 2 chevalements et des machines d'extraction, sont encore visibles sur les hauteurs de Châtelineau. Une partie du site est à l'abandon, fortement dégradée, tandis qu'une entreprise occupe le reste des bâtiments.


Charbonnages de Monceau-Fontaine

Monceau-Fontaine fut, et de loin, la plus importante société du bassin. Son histoire est une longue série de fusions et d'annexions. C'est en 1807 qu'une première société fut fondée regroupant un certain nombre de cayats mais ce n'est que 29 ans plus tard que l'on trouve pour la première fois le nom actuel de la société. Le 9 juin 1836 était en effet constitué la Société de Monceau-Fontaine appartenant à la Société Générale de Belgique. Chose étonnante pour l'époque et pour la région de Charleroi : sa concession s'étendait déjà sur une superficie de plus 1700 hectares. Depuis cette date, il n'y eut pas moins de dix extensions et annexions amenant la société à contrôler à partir de 1948 une concession de 7260 hectares et à devenir le premier producteur belge de houille. Entre temps, du 7 février 1852 au 17 janvier 1908, la Société de Monceau-Fontaine s'était appelée «Société Anonyme des Charbonnages de Monceau-Fontaine et du Martinet», par l'annexion de la Société des Charbonnages du Martinet faillie en 1850, rachetée en vente publique le 10 mai 1851 par un certain Ferdinand Spitaels puis finalement cédée à Monceau-Fontaine le 7 février 1852. C'est le 17 janvier 1908, lors de l'annexion de la S.A. du Charbonnage de Marchiennes, qu'elle reprit son appellation définitive de S.A. des Charbonnages de Monceau-Fontaine. Après la dernière absorption, celles des Charbonnages du Nord de Charleroi en 1948, la concession s'étendait sur 25 localités et la distance à vol d'oiseau entre deux sièges extrêmes, le n17 à Piéton et le n25 à Couillet était de 16 km. En 1953, la société occupait environ 10 000 personnes et produisait 1 750 000 tonnes de houille.
La société possédait 7284 hectares sous 25 localités. Comme toutes les autres, elle commença alors à fermer ses puits. Le n10 de Forchies ferma en septembre 1958, le n24 le 1er janvier 1959, le n10 de Forchies reprit du service au début de l'année 1965 mais ferma définitivement ses portes le 5 mars 1966. Le n23 «le Cerisier» s'arrêta en juillet 1966, le n6 «Périer» en janvier 1967, le n14 au mois d'août 1972, le 25 «le Péchon» le 31 mars 1975, le n18 «Parent» le 31 mars 1978. Un an plus tard, ce fut le tour du n19 «Bas-Long-Pré». Cette longue agonie se termina le 31 mars 1980 avec la fermeture du n17 à Piéton, dernier puits encore en exploitation de la société. Entre temps le n25 à Couillet avait enregistré en 1972 ce qui fut la dernière catastrophe minière en Belgique : un dégagement instantané de grisou tuait 6 mineurs.

Il ne reste à l'heure actuelle que peu de vestiges de ce puissant ensemble. Entre Monceau-sur-Sambre et Roux, on peut encore voir quelques bâtiments du siège n4 «Martinet» qui fut l'un des plus importants de la compagnie, jusqu'à sa fermeture le 15 avril 1967. Les puits furent cependant maintenus en état de fonctionnement jusqu'en 1979, année de fermeture du n19. A notez qu'en 1929 fut construit derrière le Martinet un gigantesque triage-lavoir utramoderne devant traiter les produits provenant de tous les sites d'extraction. Le triage lavoir central (TLC) fut fermé le 31 mars 1980 ; il n'en reste plus rien.
Toujours à Monceau-sur-Sambre, subsiste un chevalement en béton armé datant des années 20, équipé de ses molettes et ayant appartenu au siège n3 dit «Fosse du Bois» ou «Petit Martinet» fermé le 15 juillet 1972. Un peu plus loin, il reste un bâtiment de machine d'extraction ayant appartenu au siège n3 Nord de Charleroi, reconverti en bergerie.
Enfin, à Couillet, on peut encore voir les deux imposants chevalements métalliques du siège n25 appelé aussi «Péchon» fermé le 31 mars 1975. Le site, classé, a été acquis par la région wallonne en 1984. La restauration des chevalements entamée la même année a été rapidement abandonnée. Ces derniers sont aujourd'hui en très mauvais état et dressent leurs silhouettes sur une aire dénudée, vaste terrain de jeux pour les enfants du voisinage.


Charbonnage du Roton - Farciennes

Les premiers droits d'exploitation datent de décembre 1792. La concession du Roton s'étendait sur 76 hectares, celles de Sainte-Catherine sur 333 hectares. En 1816, une autre concession vint s'ajouter. Une société fut constituée le 24 avril 1821 et l'année suivante, un acte apportait une 4ème concession. En 1890, la société du Roton se rattachait à la société du charbonnage d'Oignies-Aiseau et se mua en S.A. des Charbonnages Réunis de Roton-Farciennes, Baulet et Oignies-Aiseau. Suite à un litige avec la société du Petit-Try, la société vendit la concession de Baulet en 1906. Elle prit alors le nom de S.A. des Charbonnages Réunis de Roton-Farciennes et Oignies-Aiseau. En novembre 1926, elle reprenait la concession du charbonnage de Falisolle mis en liquidation. La division du Roton-Farciennes possédait deux sièges : le siège des Aulniats et le siège Sainte-Catherine. Celui-ci fut le dernier charbonnage en activité en Wallonie, il ferma le 30 semptembre 1984.
Il s'agissait du charbonnage le plus moderne de toute la Wallonie. L'histoire contemporaine du site débuta en 1955, lorsque le conseil d'administration de ce charbonnage décida de faire de gros investissements et de transformer le siège de Sainte Catherine en exemple de modernité et extraire 30 000 tonnes de charbon chaque jour. Cent millions d'anciens francs belges avaient été mis sur la table. Un nouveau puits était foncé et équipé d'une tour d'extraction. Enfin, un nouvel étage d'exploitation s'ouvrait à 718 mètres sous la terre. Dans les années 60, ils étaient plus de 3 000 mineurs à venir tous les jours sur le site Sainte Catherine pour y travailler et exploiter le charbon.
La tour d'extraction fut préservée et se dresse aujourd'hui au milieu de l'ancien carreau dont la plupart des bâtiments ont été détruits. Un peu plus loin, on peut encore apercevoir de la route les vestiges du triage-lavoir, réutilisés par la société Roton Environnement.


Houillères d'Anderlues - Anderlues

La Société houillère du Bois de la Haye fut créée en 1857 à Béthune (Nord de la France). Mais son champ d'exploitation se situait à Anderlues. En 1860, à Arras (France), fut fondée la Société Charbonnière du Midi d'Anderlues, visant également l'exploitation à Anderlues. En 1867, les deux sociétés fusionnèrent et prirent alors le nom de S.A. des Houillères d'Anderlues avec une concession d'une superficie de 1039 hectares. Le fonçage du puits n1 fut commencé le 17 septembre 1958 et le n2, le 25 septembre de la même année. Le puits n3 fut entrepris le 11 novembre 1868. Ce siège n3, dit de l'Aulniat, fut le témoin le 11 mars 1892, d'une importante catastrophe qui fit 160 victimes suite à un coup de grisou. En 1890, le puits dit «Gendebien» fut repris par la société, et pris le nom de puits n4. En 1894, la création du siège n5 fut décidée et le 5 mars 1925, la société obtint une extension de la concession de 620 hectares.
En 1930, l'extraction se faisait par 3 puits : les n2, 3 et 5. Le n1 servait pour l'aérage et le n4 était inactif. En 1956, la société employait 1600 ouvriers. Le dernier siège en exploitation fut le n6, construit en 1937 ; il ferma le 5 septembre 1969. Il est aujourd'hui le dernier chevalement encore debout des houillères d'Anderlues. Il fut réaménagé pour le stockage du gaz naturel par la société Distrigaz.
Parmi les autres vestiges visibles début 2011, il ne faut pas oublier la cokerie, construite en 1903 et modernisée par une nouvelle batteries de fours à coke en 1931. Fermé en 2002, le site, l'un des plus pollués de Belgique, est à l'abandon et attend son triste sort.


© Sébastien Berrut 2007-2011 | Contact | Demande d'utilisation d'une photo