Vous êtes ici : Patrimoine Minier > Hors de France > Italie: mines de Cogne

Italie : les mines de Cogne


Les mines de magnétite se trouvent sur le Monte Creya au sud-est de Cogne et dans la localité de Larsinaz, au coeur du Val d'Aoste. La veine principale est celle qui affleurait à Liconi à environ 2500 m d'altitude, elle fut aussi exploitée en souterrain au niveau des complexes miniers de Colonna et de Costa del Pino. Les deux guerres mondiales, puis l'intervention de l'état donnèrent une véritable impulsion à l'exploitation des mines jusqu'en 1970 lorsqu'une grave crise entraîna une baisse de la production ; depuis mars 1979, la mine est fermée. Aujourd'hui les sites les plus intéressants peuvent se découvrir en suivant un chemin de randonnée bien fléché.
La randonnée nous conduit tout d'abord sur le site de Larsinaz qui fut exploité à partir de 1854 par la société Lasagno puis par la société minière qui gérait les autres mines de Cogne, jusqu'en 1948. Il ne reste que peu de vestiges. Une longue montée nous mène alors au complexe minier de Colonna à environ 2400 m d'altitude. Ce complexe minier fut conçu au cours de la deuxième décennie du 20ème siècle et réalisé à la sortie de la galerie de roulage du niveau 2414. Il comportait initialement trois bâtiments pouvant accueillir et loger plus de jusqu'à 300 mineurs. Par la suite les bâtiments furent modifiés et agrandis, et en 1938, une église fut même construite. Tous les immeubles sont reliés entres eux, permettant au personnel de se déplacer en toute saison y compris lors des violentes tempêtes de neige.
En poursuivant notre montée, nous atteignons le site de Liconi, à 2520 m d'altitude, où l'exploitation des mines de Cogne débuta, à ciel ouvert, en raison de l'affleurement du filon. Il ne reste pas beaucoup de traces visibles, mais on peut y observer de jolies roches vertes, les serpentinites. Le gisement de magnétite est en effet situé dans un amas lenticulaire de serpentinite. En redescendant sur Cogne par un autre chemin, se trouve le chantier de Costa del Pino, ouvert dans les années 50, lorsqu'il fut décidé d'exploiter un niveau inférieur du gisement. Tous les anciens bâtiments sont encore visibles, ainsi que les 2 téléphériques pour le transport des hommes et du minerai vers l'usine de traitement de Moline.

© Sébastien Berrut 2007-2011 | Contact | Demande d'utilisation d'une photo